Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 18 février 2020 tenue en ligne par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/02/18

Tout d'abord, j'aimerais partager avec vous quelques chiffres. Selon les dernières statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 17 février entre 00h00 et 24h00, 1 701 patients infectés ont guéri et sont sortis de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine. Le 17 février à minuit, 12 552 guérisons avaient été signalées au total dans la partie continentale de la Chine.

Le 17 février entre 00h00 et 24h00, 79 nouveaux cas confirmés ont été signalés en Chine (à l'exception du Hubei), soit une baisse pour le 14e jour consécutif.

Q : Selon un reportage, le gouvernement américain examine une proposition visant à suspendre la livraison de moteurs à réaction coproduits par l'américain General Electric (GE) pour l'avion de ligne Comac C919 en cours de développement en Chine, craignant que les Chinois ne puissent procéder à la rétro-ingénierie des moteurs, ce qui porterait atteinte aux intérêts commerciaux des Etats-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous prenons note de ce reportage. Il indique également que GE remet en question la proposition du gouvernement américain, affirmant qu'il est beaucoup plus difficile d'imiter les techniques de fabrication avancées permettant de produire le moteur que certains fonctionnaires le pensent. GE a également fait valoir qu'il coopérait avec la Chine depuis des années, ce qui signifie que les fabricants chinois auraient pu commencer une rétro-ingénierie il y a longtemps s'ils avaient voulu le faire. Pourquoi auraient-ils attendu jusqu'à maintenant ?

Bien sûr, nous devons encore vérifier la véracité du reportage. Mais si c'est vrai, cela peut montrer ce qui suit :

Premièrement, certains hommes d'affaires américains semblent avoir plus de bon sens et être plus sensés et crédibles que certains fonctionnaires de l'administration américaine.

Deuxièmement, cela met en évidence l'ignorance de ces fonctionnaires dans les domaines de la science et de la technologie, leur mépris du principe du marché et leur anxiété à l'égard du développement de la Chine.

Troisièmement, c'est un nouvel exemple du fait que les Etats-Unis utilisent des moyens politiques pour saper la coopération commerciale bilatérale et opprimer gratuitement la Chine.

Je dois souligner que les récentes mesures de la partie américaine portent atteinte non seulement aux droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises, mais aussi aux intérêts des entreprises américaines. Pire encore, cela perturbera gravement les échanges et la coopération bilatéraux et même mondiaux dans les domaines de la science, de la technologie et du commerce. Nous exhortons les Etats-Unis à considérer de manière objective et juste les entreprises chinoises et la coopération commerciale sino-américaine, et à agir comme un contributeur constructif plutôt que comme un fauteur de troubles irrationnel.

Q : Certaines entreprises sidérurgiques américaines ont accusé la Chine d'utiliser les subventions de l'Etat et l'initiative « la Ceinture et la Route » pour donner aux entreprises chinoises un avantage injuste qui porte atteinte aux intérêts des producteurs d'autres pays, y compris les Etats-Unis. La Chine a-t-elle une réponse à cela ?

R : Je n'ai pas entendu parler ce que vous avez dit. Ce que je veux dire, c'est que l'initiative « la Ceinture et la Route » est une proposition de coopération économique et un bien public pour la communauté internationale. La construction conjointe de « la Ceinture et la Route » s'en tient à la règle d'or de la consultation approfondie, de la contribution conjointe et des avantages partagés et au concept de coopération d'ouverture, d'inclusivité et de transparence. Dans le cadre de la construction conjointe de « la Ceinture et la Route », toutes les entreprises, chinoises ou étrangères, participent aux projets de coopération concrets de manière ouverte et transparente conformément aux règles du marché et au principe d'équité. Le processus d'appel d'offres pour ces projets est également ouvert et transparent. Qu'une entreprise puisse participer à un certain projet et comment elle le fera, cela relève uniquement des comportements du marché, et le fait qu'elle puisse décrocher un appel d'offres dépend également de sa compétitivité.

La Chine continuera de travailler avec ses partenaires pour un développement de haute qualité de « la Ceinture et la Route ». A la lumière du concept de coopération ouverte, verte et propre, nous nous efforçons d'atteindre l'objectif d'un développement de haut niveau, axé sur l'amélioration du bien-être de la population et durable. Nous travaillons activement à forger des partenariats mondiaux pour la connectivité afin de réaliser un développement commun et une prospérité partagée.

Q : Le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne (UE) et est entré dans la période de transition du Brexit le 31 janvier. On le sait, la Chine et l'UE ont signé des accords et des documents de coopération dans des domaines tels que le commerce, le transport maritime, l'énergie, la science et la technologie. Ces instruments s'appliquent-ils toujours au Royaume-Uni ? Comment la Chine gérera-t-elle ces accords concernant le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit ?

R : Selon l'accord de retrait entre le Royaume-Uni et l'UE, les accords entre l'UE et d'autres pays continueront de s'appliquer au Royaume-Uni pendant la période de transition du 1er février au 31 décembre 2020, ce qui est un arrangement spécial entre les deux parties. Pour assurer la transition en douceur des accords, la Chine accepte cet arrangement, c'est-à-dire que les accords et les documents de coopération entre la Chine et l'UE continueront de s'appliquer au Royaume-Uni pendant la période de transition. La Chine est prête à travailler avec le Royaume-Uni et l'UE pour faire avancer les travaux relatifs aux accords de coopération au cours de la période de transition.

Q : Le Ministère des Affaires étrangères des Philippines a annoncé le 11 février que le pays avait officiellement décidé le même jour de mettre fin à l'Accord sur les forces en visite avec les Etats-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Comment cela affectera-t-il la situation en mer de Chine méridionale ?

R : Chaque pays a le droit de maintenir une politique étrangère indépendante et de développer des relations avec d'autres pays conformément à ses intérêts nationaux. La Chine soutient également que les échanges et la coopération entre les pays doivent non seulement bénéficier aux parties concernées, mais aussi contribuer à la paix et à la stabilité régionales et mondiales.

Quant à savoir si cette décision affectera la situation en mer de Chine méridionale, je tiens à souligner qu'actuellement, avec les efforts concertés de la Chine et des pays de l'ASEAN, la situation en mer de Chine méridionale est globalement stable. La Chine et les pays de l'ASEAN s'engagent à appliquer pleinement et efficacement la Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale. Parallèlement, nous promouvons activement les consultations sur un code de conduite en mer de Chine méridionale. Les pays concernés insistent sur les canaux bilatéraux pour gérer les divergences et poursuivre une coopération pragmatique. La Chine est prête à travailler avec les pays concernés de la région pour maintenir la stabilité en mer de Chine méridionale et en faire une mer de paix, d'amitié et de coopération.

Q : Certains pays ont récemment imposé des restrictions de visa et de voyage aux Chinois, causant des difficultés aux Chinois pour voyager à l'étranger. Quel impact cela a-t-il sur la Chine ?

R : Depuis le début de l'épidémie, le gouvernement et le peuple chinois ont déployé tous les efforts possibles pour la combattre. Les mesures les plus rigoureuses et complètes ont été prises et les efforts concernés montrent progressivement leurs effets positifs. Nous avons la confiance et la capacité de gagner cette bataille.

L'OMS a souligné à maintes reprises qu'elle ne recommande pas de restrictions de voyage ou de commerce. Nous espérons que tous les pays garderont leur calme, porteront un jugement scientifique, réagiront rationnellement et respecteront les recommandations professionnelles faisant autorité de l'OMS. Une réaction excessive provoquera une panique inutile et entravera les échanges humains normaux et la coopération pragmatique dans divers domaines.

Q : Le 14 février, un haut fonctionnaire américain a déclaré aux médias lors de la Conférence de Munich sur la sécurité que les Etats-Unis et les talibans étaient parvenus à un accord sur la réduction de la violence. Si les talibans honorent leur engagement, les Etats-Unis poursuivront leurs actions de retrait des troupes d'Afghanistan. Les médias ont cité les talibans disant que l'accord de paix pourrait être signé le 29 février. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. La Chine est en communication et coordination étroites avec les parties concernées sur les derniers développements de la question de l'Afghanistan.

La Chine soutient fermement le processus de paix et de réconciliation large et inclusif « dirigé et pris en charge par les Afghans ». Nous soutenons le renforcement du dialogue entre les parties concernées et nous nous félicitons de la nouvelle selon laquelle les Etats-Unis et les talibans devraient conclure et signer un accord. Nous espérons que l'accord concerné sera mis en œuvre sans heurts pour créer les conditions nécessaires à un règlement politique final de la question de l'Afghanistan.

La Chine estime que les troupes étrangères stationnées en Afghanistan doivent être retirées de manière ordonnée et responsable pour assurer une transition en douceur sans créer de vide de sécurité, afin d'éviter que les organisations terroristes en profitent pour gagner en puissance.

La Chine est prête à intensifier sa coopération avec toutes les parties liées à la question de l'Afghanistan et avec la communauté internationale pour contribuer à la paix, à la stabilité et au développement en Afghanistan.

Q : La Chine a annoncé aujourd'hui qu'elle examinerait les demandes d'exemption de droits de douane supplémentaires pour près de 700 produits importés des Etats-Unis. Ces exemptions sont-elles destinées à respecter les engagements d'achat de la Chine dans le cadre de l'accord commercial de phase I ?

R : La Commission des droits de douane du Conseil des Affaires d'Etat a publié aujourd'hui un communiqué sur de nouvelles exemptions de droits de douane supplémentaires pour certains produits américains. Vous pouvez vous y référer. Je vous renvoie aux départements compétents pour plus de détails.

Q : Pourriez-vous nous faire un point sur les progrès de la mission conjointe Chine-OMS et son programme en Chine ? Pourquoi ne se rend-elle pas dans la province du Hubei ?

R : La mission conjointe Chine-OMS a commencé ses travaux et la Commission nationale de la Santé a publié des communiqués de presse à ce sujet. Je vous renvoie à eux pour plus de détails.

Q : Nous voulons savoir si les efforts de lutte contre l'épidémie affecteront les dialogues de haut niveau entre la Chine et l'Europe, y compris le sommet Chine-UE prévu fin mars et le sommet Chine-PECO prévu mi-avril. La Chine assistera-t-elle cette semaine au Dialogue économique et commercial de haut niveau Chine-UE à Bruxelles ?

R : Pour autant que je sache, les travaux préparatoires aux échanges de haut niveau entre la Chine et la partie européenne, y compris le sommet Chine-UE et le sommet Chine-PECO, avancent comme prévu. Quant au Dialogue économique et commercial de haut niveau Chine-UE, je vous renvoie aux départements compétents.

Q : Concernant la politique de quarantaine de 14 jours pour les personnes retournant à Beijing, s'applique-t-elle aux experts étrangers venant en Chine ? Auront-ils besoin de se mettre d'eux-mêmes en quarantaine ?

R : D'après ce que je sais, ceux qui visitent Beijing pour une courte période, qu'ils soient Chinois ou ressortissants étrangers, doivent suivre les instructions des hôtels où ils descendent, telles que la surveillance de la température, la prise de précautions et la limitation des contacts physiques autant que possible. Veuillez vous référer aux autorités municipales compétentes de Beijing pour plus de détails.

Suggest To A Friend
  Print