Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 30 juin 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/06/30

CCTV : Le 29 juin, le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré dans un communiqué de presse du Département d'Etat que, alors que la Chine fait avancer la législation sur la sécurité nationale à Hong Kong, les Etats-Unis mettront fin le même jour aux exportations d'équipements de défense d'origine américaine à destination de la Chine et imposeront à Hong Kong les mêmes restrictions sur les exportations des technologies de défense et à double usage des Etats-Unis qu'à la partie continentale de la Chine. Le Département américain de la Défense a publié une déclaration similaire. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Concernant la législation sur la préservation de la sécurité nationale à Hong Kong, la partie chinoise a clairement exprimé sa position solennelle à maintes reprises. Il s'agit d'une affaire intérieure de la Chine et aucun pays étranger n'a le droit d'y intervenir. Le gouvernement chinois est fermement déterminé à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts en matière de développement du pays, à appliquer le principe dit d'« un pays, deux systèmes » et à s'opposer à l'ingérence des forces extérieures dans les affaires de Hong Kong. L'intimidation ne fonctionne pas sur la Chine. Les Etats-Unis veulent utiliser les soi-disant sanctions pour entraver le processus législatif chinois pour préserver la sécurité nationale à Hong Kong. De telles tentatives ne réussiront jamais.

En ce qui concerne les actes erronés de la partie américaine, la Chine prendra les contre-mesures nécessaires pour sauvegarder résolument ses intérêts nationaux.

China News Service : Selon des informations publiées par le Département américain de la Défense le 26 juin, l'amiral James Foggo, commandant du Commandement des forces interarmées de l'OTAN à Naples et des Forces navales américaines Europe-Afrique, a déclaré, lors d'un webinaire parrainé par l'Institut international d'études stratégiques, que l'approche pangouvernementale de la Chine s'était étendue de la région indo-pacifique à l'Arctique, à l'Europe et à l'Afrique, et que la Chine travaillait activement en Europe et en Afrique pour saboter l'infrastructure internationale fondée sur des règles qui a maintenu la paix depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : A propos d'« approche pangouvernementale », ne pensez-vous pas qu'il s'agit plutôt d'une description appropriée des Etats-Unis eux-mêmes ? Avec les remarques que vous avez mentionnées, les Etats-Unis essaient de blâmer la partie innocente de ce dont ils sont coupables. Le monde peut pleinement voir leurs intentions vicieuses.

La Chine exhorte les Etats-Unis à abandonner la mentalité de la guerre froide et la conception du jeu à somme nulle, à cesser de mesurer les autres à leur aune et à cesser de critiquer et de dénigrer la Chine gratuitement. Nous espérons qu'ils contribueront de leur mieux à la paix, à la stabilité et à la prospérité dans le monde.

Global Times : Le 29 juin, le Secrétaire d'Etat américain Pompeo a publié une déclaration sur le Xinjiang, disant que, selon le chercheur allemand Adrian Zenz, le gouvernement chinois utilise la stérilisation forcée, l'avortement forcé et le planning familial coercitif contre les Ouïgours et d'autres minorités du Xinjiang, dans le cadre d'une campagne de répression continue. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : M. Pompeo est un menteur effronté.

Le gouvernement chinois protège de la même manière les droits et intérêts légitimes des populations de tous les groupes ethniques, y compris les minorités ethniques. En fait, notre politique démographique penche depuis longtemps en faveur des minorités ethniques. De 1978 à 2018, la population ouïgoure du Xinjiang est passée de 5,55 millions à 11,68 millions d'habitants, enregistrant un coefficient d'augmentation de 2,1 et représentant environ 46,8% de la population totale de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang. Si M. Pompeo dit la vérité, comment peut-il expliquer la forte augmentation de la population ouïgoure ?

Maintenant, si nous regardons les Etats-Unis, les minorités ethniques souffrent depuis longtemps d'intimidation, d'exclusion et d'une discrimination systémique généralisée sur les plans économique, culturel, social et autres. Prenons l'exemple des Indiens d'Amérique. Le gouvernement américain a mis en œuvre des politiques de génocide, de ségrégation raciale et d'assimilation à leur égard. Près d'un siècle après la fondation du pays, les Etats-Unis ont expulsé et tué un grand nombre d'Indiens dans le cadre de la Conquête de l'Ouest. Au début du 20e siècle, la population des Amérindiens a chuté à 250 000, contre 5 millions en 1492, et aujourd'hui, leur population ne représente que 2% du total aux Etats-Unis. Depuis la survenue de Covid-19, le taux d'infection des Afro-Américains est plus de cinq fois supérieur à celui des Blancs, et leur taux de mortalité est également significativement plus élevé, ce qui met en lumière une inégalité raciale aux Etats-Unis. Plus récemment, la mort de l'Afro-Américain George Floyd et les manifestations de masse qui ont suivi révèlent une fois de plus l'urgence de lutter contre le racisme systémique aux Etats-Unis, qui a conduit les minorités ethniques à crier « Je ne peux pas respirer ».

Je tiens également à souligner que ce n'est pas la première fois que les Etats-Unis citent la désinformation du chercheur anti-chinois Adrian Zenz. Comme l'a révélé The Grayzone, un site d'information indépendant aux Etats-Unis, Adrian Zenz est en fait membre d'une organisation d'extrême droite établie par le gouvernement américain, et membre principal d'un groupe de recherche mis en place par la communauté américaine du renseignement sur les centres d'enseignement et de formation professionnels au Xinjiang.

Nous exhortons les politiciens américains comme M. Pompeo à rejeter les préjugés et le « deux poids, deux mesures », à faire face à la question de la discrimination raciale aux Etats-Unis, à consacrer plus de temps et d'énergie à l'amélioration de la situation des droits de l'Homme dans le pays, et à cesser immédiatement de salir la Chine et de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine en fabriquant des rumeurs sous le prétexte du Xinjiang.

Reuters : Cela fait maintenant environ six mois que les premiers cas de coronavirus ont été signalés. Quelles réflexions la Chine a-t-elle sur sa gestion du virus et de ses impacts politiques ? Et l'OMS a annoncé qu'elle enverrait une équipe d'experts en Chine la semaine prochaine pour enquêter sur l'origine du virus. Quelle est l'attitude de la Chine à cet égard ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, face à l'épidémie de Covid-19, le gouvernement chinois accorde la priorité à la vie et à la santé du peuple. Les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, rigoureuses et approfondies ont été prises de manière décisive. La nation tout entière était solidaire face à l'épidémie et a obtenu des résultats stratégiques majeurs dans la lutte contre le virus. Nous avons détaillé nos mesures efficaces avec une chronologie claire et publié le livre blanc « Combattre le Covid-19 : la Chine en action », qui présente de manière complète et systématique le processus de lutte chinoise contre l'épidémie.

Le gouvernement chinois place toujours le peuple et chaque vie au centre. Pour protéger la vie et la santé du peuple, les activités sociales et économiques à travers le pays ont été interrompues, des mesures d'isolement décisives ont été appliquées, les recommandations scientifiques de l'OMS ont été suivies et une approche scientifique a été adoptée pour briser les chaînes de transmission du virus et sauver des vies à tout prix. La réponse de la Chine au Covid-19 peut résister à l'épreuve du temps et de l'histoire.

La Chine a communiqué sans délai les informations sur l'épidémie à l'OMS, aux pays concernés et aux organisations régionales, et a partagé les données génétiques du nouveau coronavirus et son expérience dans la lutte contre l'épidémie. Nous sommes reconnaissants du précieux soutien de la communauté internationale à la lutte chinoise contre l'épidémie et nous avons fait de notre mieux pour rendre la pareille en offrant des fournitures, en envoyant des équipes d'experts médicaux et en facilitant les achats par d'autres pays de fournitures antiépidémiques.

La chose la plus importante que nous puissions tirer de cette pandémie est que ce n'est qu'en restant unis que nous pourrons vaincre le virus, ennemi commun de l'humanité. La solidarité et la coopération sont notre arme la plus puissante dans cette guerre. Ayant coûté tant de vies précieuses, le Covid-19 nous rappelle clairement que tous les pays doivent transcender les différences en matière de géographie, de race, d'histoire, de culture et de système social, travailler ensemble pour construire une communauté de destin pour l'humanité et protéger conjointement notre planète. En tant que pays responsable, la Chine est prête à apporter sa part de contribution à la réalisation de cet objectif.

En ce qui concerne votre deuxième question, nous pensons constamment que l'identification de l'origine est une question scientifique qui devrait être étudiée par des scientifiques et des experts médicaux. Depuis le début de l'épidémie, la Chine a maintenu la communication et la coopération avec l'OMS sur la question de l'identification de l'origine, et les scientifiques chinois ont également échangé des idées avec leurs homologues étrangers. Nous continuons également à soutenir la recherche mondiale menée par des scientifiques sur la source et les voies de transmission du virus.

Agence de presse de la République islamique : Ma première question concerne le JCPOA. La réunion du Conseil de sécurité va examiner le rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la résolution 2231. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ? Deuxième question, selon des reportages, Israël annoncera le 1er juillet l'annexion de parties de la Cisjordanie occupée. A l'exception des Etats-Unis, de nombreux pays, plus de 1 000 parlementaires à travers l'Europe et le Secrétaire général des Nations unies s'opposent fermement à ce plan. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, la Chine maintient fermement l'autorité de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies et l'efficacité du JCPOA. Nous nous opposons à la décision des Etats-Unis de faire pression en faveur d'une prolongation de l'embargo sur les armes contre l'Iran au Conseil de sécurité. Toutes les dispositions de la résolution 2231, y compris celles liées à la levée de l'embargo sur les armes contre l'Iran, devraient être fidèlement mises en œuvre.

En ce qui concerne votre deuxième question, lors de son discours prononcé il y a quelques jours lors de la visioconférence ouverte du Conseil de sécurité sur le Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a une fois de plus exposé la position de la Chine. Comme il l'a dit, prendre des actions unilatérales ne fait qu'aggraver les tensions et saper la confiance mutuelle. La question des colonies est un élément clé des pourparlers sur le statut final. Le Conseil de sécurité a clairement indiqué depuis longtemps que l'établissement de ces colonies constituait une violation du droit international. La question des territoires occupés en Cisjordanie devrait être réglée le plus tôt possible sur la base des résolutions concernées des Nations unies, et la frontière finale entre la Palestine et Israël devrait être délimitée par des pourparlers de paix. La Chine appelle toutes les parties concernées à rester attachées au choix stratégique des pourparlers de paix, à chérir les résultats des pourparlers précédents et à s'abstenir de toute action susceptible d'intensifier les tensions entre la Palestine et Israël.

Fuji TV : Le Secrétaire général du Cabinet du Japon, Yoshihide Suga, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il serait regrettable que la législation sur la sécurité nationale relative à Hong Kong soit adoptée, et qu'elle sapait la confiance de la communauté internationale dans le principe dit d'« un pays, deux systèmes ». La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a déclaré sa position solennelle sur la réponse négative du Japon aux questions liées à Hong Kong. Les affaires de Hong Kong relèvent entièrement des affaires intérieures de la Chine qui ne permettent aucune ingérence étrangère. Etablir et perfectionner au niveau national le système juridique et le mécanisme d'application en matière de préservation de la sécurité nationale dans la Région administrative spéciale de Hong Kong est en soi une incarnation du principe dit d'« un pays, deux systèmes ». Cela vise à assurer une application solide de ce principe ainsi que la prospérité et la stabilité de Hong Kong, et a été approuvé par tous les Chinois, y compris nos compatriotes de Hong Kong et la plupart des pays du monde. La Chine s'oppose fermement à l'ingérence d'un quelconque pays dans les affaires de Hong Kong et dans les affaires intérieures de la Chine de quelque manière que ce soit.

Reuters : L'Inde dit qu'elle prend des mesures pour interdire plusieurs dizaines d'applications chinoises dans le pays, invoquant des préoccupations de sécurité nationale. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a pris note avec une vive inquiétude du communiqué de presse publié par la partie indienne et vérifie maintenant la situation. Je tiens à souligner que le gouvernement chinois demande toujours aux entreprises chinoises de respecter les règles internationales et les lois et règlements locaux lorsqu'elles mènent des coopérations avec l'extérieur. Le gouvernement indien a la responsabilité de protéger les droits et intérêts légitimes des investisseurs internationaux en Inde, y compris les entreprises chinoises, conformément aux principes du marché. La coopération pragmatique entre la Chine et l'Inde est mutuellement bénéfique. Une ingérence délibérée dans une telle coopération ne servira pas les intérêts de la partie indienne.

Reuters : En ce qui concerne les commentaires faits par M. Pompeo sur Hong Kong, vous avez dit que la Chine prendrait les contre-mesures nécessaires. De quelles contre-mesures s'agit-il ? Et seront-elles immédiates ou prendront-elles effet dans un certain temps ?

Zhao Lijian : J'ai déjà exposé clairement la position de la Chine. La Chine est fermement déterminée à protéger ses propres intérêts et prendra les réactions nécessaires face à la décision erronée des Etats-Unis.

Suggest To A Friend
  Print