Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 27 juillet 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/07/27

The Paper : Le consulat général des États-Unis à Chengdu a été fermé ce matin. Pouvez-vous présenter plus d'informations à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le 21 juillet, les États-Unis ont lancé une provocation unilatérale en exigeant brusquement que la Chine ferme son consulat général à Houston. La Chine a effectué une démarche officielle auprès de la partie américaine, lui demandant de révoquer immédiatement la décision erronée, sinon la Chine aurait des réactions légitimes et nécessaires. Le 24 juillet, le Ministère chinois des Affaires étrangères a notifié aux États-Unis la fermeture de leur consulat général à Chengdu.

Ce matin, les personnels américains ont quitté le siège du consulat général des États-Unis à Chengdu à la demande de la Chine, et le consulat général américain à Chengdu a été fermé. Les départements compétents chinois sont alors entrés par la porte principale et ont repris les lieux. Demander aux États-Unis de fermer leur consulat général à Chengdu et reprendre les locaux en mains est une réaction légitime et nécessaire de la Chine à l'acte américain injustifié de fermer le consulat général de Chine à Houston et de pénétrer par effraction dans les locaux du consulat général de Chine à Houston. Ce que la Chine a fait est conforme au droit international, aux normes fondamentales régissant les relations internationales et à l'usage diplomatique.

L'état actuel des relations sino-américaines n'est pas ce que la Chine souhaite voir, et la responsabilité en incombe entièrement aux États-Unis. Nous exhortons une fois de plus les États-Unis à revenir immédiatement sur leur décision erronée et à créer les conditions nécessaires pour que les relations bilatérales reviennent à la voie normale de leur développement.

Kyodo News : Les dirigeants chinois parlent souvent de l'attachement à la mentalité de la ligne de fond, ce qui, à mon avis, signifie se préparer au pire des cas. Alors, quelle est la ligne de fond de la Chine concernant les relations sino-américaines ?

Wang Wenbin : Comme je viens de le dire, nous exhortons les États-Unis à revenir immédiatement sur leur décision erronée et à créer les conditions nécessaires pour que les relations bilatérales reviennent à la voie normale de leur développement.

The Straits Times : Selon des reportages, vendredi dernier, un Singapourien a été condamné aux États-Unis pour espionnage pour la Chine. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de ce que vous venez de mentionner. Mais je tiens à souligner que, ces derniers temps, les organes américains chargés de l'application des lois n'ont cessé de faire du tapage autour de l'« infiltration » et de l'« espionnage chinois » à tel point qu'ils voient des ennemis partout dans la frayeur et qu'ils s'effarouchent des fantasmes de leur imagination. Comme tout le monde le sait, les États-Unis se livrent de manière effrénée à des activités d'espionnage et de vol partout dans le monde, sans épargner même leurs alliés. Il y a des preuves tangibles de cela.

Nous exhortons les États-Unis à cesser de jouer le jeu du voleur criant au voleur et à cesser de calomnier la Chine sous couvert d'espionnage.

AFP : Les personnels américains du consulat général américain à Chengdu doivent-ils quitter la Chine ? Et les personnels chinois du consulat général de Chine à Houston ont-ils également reçu la demande de quitter les États-Unis ?

Wang Wenbin : Je suis sûr que vous avez déjà vu dans les médias la situation des personnels de notre consulat général à Houston. Je dirai simplement que la partie chinoise prendra les dispositions judicieuses à leur égard.

BBC : Vous venez de dire que la partie américaine est entrée par effraction dans le consulat général de Chine à Houston. Pouvez-vous nous donner plus d'informations à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les locaux du consulat général de Chine à Houston sont à la fois des locaux diplomatiques et consulaires de la Chine et la propriété de l'État chinois. Conformément à la « Convention de Vienne sur les relations consulaires » et au « Traité consulaire sino-américain », les États-Unis ne peuvent empiéter sur les locaux du consulat général de Chine à Houston de quelque manière que ce soit. La Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition à l'entrée de force des États-Unis dans les locaux du consulat général de Chine à Houston, et a effectué des représentations solennelles.

Australian Broadcasting Corporation : La semaine dernière, la Mission permanente de l'Australie auprès de l'ONU a écrit au Secrétaire général de l'ONU, déclarant que les revendications de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale n'avaient aucun fondement juridique. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La souveraineté territoriale de la Chine et ses droits et intérêts maritimes sur la Mer de Chine méridionale se sont développés tout au long de l'histoire. Ils ont été soutenus par les gouvernements chinois successifs et en conformité avec le droit international, y compris la « Convention des Nations Unies sur le droit de la mer » (CNUDM). Ils ne seront pas altérés par les accusations injustifiées de certains pays.

La Chine s'oppose fermement aux remarques de la partie australienne qui font fi des faits, qui vont à l'encontre du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales.

Reuters : Les médias chinois ont déclaré ce matin que des responsables chinois étaient entrés dans le consulat général américain à Chengdu par la porte principale. Pourquoi la porte du consulat général de Chine à Houston était-elle fermée à clé ?

Wang Wenbin : Comme je viens de le dire, les locaux du consulat général de Chine à Houston sont des locaux diplomatiques et consulaires de la Chine et la propriété de l'État chinois. Conformément à la « Convention de Vienne sur les relations consulaires » et au « Traité consulaire sino-américain », la partie américaine ne peut empiéter sur les locaux du consulat général de Chine à Houston de quelque manière que ce soit. Nous exprimons notre vif mécontentement et notre ferme opposition à l'entrée de force de la partie américaine dans les locaux du consulat général de Chine à Houston.

Ce matin, le consulat général des États-Unis à Chengdu a été fermé à la demande de la Chine. Des responsables des départements compétents chinois sont alors entrés par l'entrée principale et ont repris les locaux en mains. C'est une réaction légitime et nécessaire de la Chine aux agissements erronés des États-Unis.

CGTN : Richard Haass, président du Conseil américain des Relations étrangères, a récemment cité sur son compte de Twitter son article intitulé « Ce que Mike Pompeo ne comprend pas sur la Chine, Nixon et la politique étrangère américaine », publié dans le « Washington Post », pour critiquer le discours prononcé par Pompeo à la Bibliothèque présidentielle Richard Nixon. Selon ses propres termes, « le discours de Pompeo sur la Chine a non seulement déformé l'histoire, mais a préconisé une politique pour la relation la plus importante de cette époque qui n'est ni viable ni cohérente. Cela fait honte à cette relation bilatérale déjà endommagée ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Pompeo a nié les relations sino-américaines qui se sont développées depuis les 40 dernières années, a attaqué de manière flagrante le PCC et a appelé à bloquer et endiguer la Chine sur tous les plans. Ses propos sensationnels ont été critiqués et condamnés par toutes les personnes qui aiment la paix et qui ont le sens de la justice, y compris des Américains clairvoyants.

La calomnie de Pompeo contre le Parti communiste chinois (PCC) « né pour l'hégémonisme » n'est pas seulement due à son ignorance, mais aussi à ses préjugés. Pompeo ne sait pas que le PCC a pu passer d'un petit parti avec seulement quelques dizaines de membres à un grand parti avec plus de 91 millions de membres, et un parti au pouvoir pendant longtemps dans le pays le plus peuplé du monde, car le PCC a toujours fait des intérêts du peuple la première priorité de ses activités, et reste toujours solidaire avec le peuple avec qui il affronte les pires adversités. Comme l'a révélé une étude récemment publiée par la John F. Kennedy School of Government de l'Université de Harvard, sous la direction du PCC, le gouvernement chinois bénéficie d'un taux de soutien et de satisfaction du peuple chinois dépassant 93%. Selon un résultat de recherche publié par Edelman, une célèbre société américaine de conseil en relations publiques, 95% des Chinois font confiance au gouvernement chinois, classant la Chine en tête de tous les pays étudiés, tandis que les États-Unis sont à l'avant-dernière place avec une confiance de 48% seulement des citoyens.

Le PCC a pour objectif de réaliser le grand renouveau de la nation chinoise, et non de remplacer les États-Unis. En fin de compte, le statut international des États-Unis dépend d'eux-mêmes, pas des autres. Le PCC est un parti politique qui travaille pour le bonheur du peuple chinois et le progrès de l'humanité. La Chine est un défenseur et un acteur des cinq principes de la coexistence pacifique. Elle est le plus grand contributeur en Casques bleus parmi les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité et a joué un rôle actif pour régler les problèmes d'actualité brûlante régionaux et internationaux, tels que le règlement pacifique de la question nucléaire de la péninsule coréenne et celui de la question nucléaire iranienne, et faire face aux défis planétaires tels que le changement climatique. Ces dernières années, la Chine a contribué pour plus de 30% à la croissance économique mondiale et a beaucoup fait pour aider la communauté internationale à affronter la crise financière asiatique et la crise financière mondiale. Ces faits, au vu et au su du monde entier, ne peuvent pas être effacés par Pompeo.

Pompeo cherche par tous les moyens, dans son discours, à appeler à une coalition anti-chinoise. Mais il semble avoir oublié qu'au 21e siècle, l'incitation à la haine et à la confrontation va à l'encontre de la tendance de l'époque. Sa tentative de provoquer un retour en arrière dans l'histoire est impopulaire. Pompeo parle à longueur de journée de la sauvegarde de la démocratie et de la liberté, mais il ne représente pas du tout la démocratie et la liberté. Il est au service de l'hégémonie américaine et des groupes d'intérêt qui sont derrière lui. Mais le temps de la confrontation idéologique est révolu depuis longtemps. La tendance à la multipolarité mondiale est irréversible.

La visite du Président Nixon en Chine date presque d'un demi-siècle. Le développement des relations sino-américaines depuis les 50 dernières années nous a appris qu'une relation sino-américaine stable et régulière ne se développe que sur la base du traitement d'égal à égal et du respect mutuel. La Chine n'a pas l'intention de changer les États-Unis, et les États-Unis ne peuvent certainement pas changer la Chine non plus. Nous souhaitons développer des relations sino-américaines caractérisées par la coordination, la coopération et la stabilité, mais nous refusons toute pratique de l'intimidation et de l'injustice. Le peuple chinois n'a pas les genoux faibles et les peuples du monde ne se laissent pas duper facilement. Nous appelons tous les pays et peuples épris de paix à se lever et à dire non à la folie de Pompeo et de ses semblables qui mettent en danger la paix mondiale.

RIA Novosti : Pouvez-vous nous expliquer quelle est la différence entre la fermeture du consulat général des États-Unis américain à Chengdu et celle du consulat général de Chine à Houston ? Pourquoi les responsables chinois ont-ils le droit d'entrer dans le consulat général des États-Unis à Chengdu et les responsables américains n'ont-ils pas le droit d'entrer dans le consulat général de Chine à Houston ?

Wang Wenbin : Les États-Unis, en violation grave du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales, ont lancé en premier une provocation politique. La Chine a bien entendu le droit de prendre des contre-mesures sur la base de la réciprocité pour défendre ses droits et intérêts légitimes. Cela est conforme au droit international et aux normes fondamentales régissant les relations internationales.

BBC : Serait-il juste pour nous de dire dans nos reportages que la seule raison pour laquelle des responsables chinois sont entrés dans le consulat général américain à Chengdu est que des responsables américains étaient d'abord entrés dans le consulat général de Chine à Houston ? En d'autres termes, si des responsables américains n'étaient pas entrés dans le consulat général de Chine à Houston, des responsables chinois ne seraient pas entrés dans le consulat général américain à Chengdu, n'est-ce pas ?

Wang Wenbin : Comme je viens de le dire, exiger la fermeture du consulat général des États-Unis à Chengdu et la prise de contrôle des locaux est la réponse légitime et nécessaire de la Chine à l'acte américain injustifié de fermer le consulat général de Chine à Houston et de pénétrer par effraction dans les locaux chinois.

CNR : Selon des médias russes, la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a déclaré, lors de consultations en ligne avec son homologue chinoise le 24 juillet, que la Russie et la Chine étaient devenues les principales cibles de la guerre informatique américaine, et que des interactions plus fortes entre la Russie et la Chine dans le secteur des médias sont plus importantes que jamais. Compte tenu de la situation actuelle, quelle est la signification particulière des consultations entre les porte-parole des Ministères chinois et russe des Affaires étrangères ?

Wang Wenbin : Le 24 juillet au soir, la porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères et directrice générale du Département de l'Information Hua Chunying a tenu des consultations par liaison vidéo avec la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères et directrice du Département de l'Information et de la Presse Maria Zakharova.

La pandémie de COVID-19 constitue une menace pour la vie et la santé des peuples du monde entier. La Chine et la Russie sont l'un comme l'autre de grands pays responsables et partenaires stratégiques globaux de coordination. Les Départements de l'Information des deux Ministères des Affaires étrangères ont toujours maintenu une bonne communication de travail, des consultations institutionnelles et une coopération dans les domaines concernés. Dans le contexte actuel, les deux parties conviennent que les fausses informations sont un ennemi commun de la communauté internationale. Les différents pays doivent renforcer la solidarité et la coordination, rejeter ensemble les fausses informations afin que des virus politiques tels que les rumeurs et les calomnies ainsi que les auteurs et manipulateurs dans les coulisses n'aient aucune chance de se cacher. La diffusion des informations doit être fondée sur des faits. Les pays ne devraient pas adopter le « deux poids deux mesures », s'immiscer dans les affaires intérieures d'autres pays ou lancer des attaques sans fondement contre le système politique, la voie de développement ou la gouvernance étatique d'autres pays en se basant sur l'idéologie et les préjugés politiques. Les deux Départements de l'Information continueront de maintenir la communication, de renforcer la coopération et de lutter conjointement contre les fausses informations, pour restituer les faits et la vérité, diffuser les axiomes et les principes du droit, et sauvegarder la moralité et la conscience.

China Review News : Selon des médias, la Cour suprême canadienne de la Colombie-Britannique a récemment publié les preuves acquises soumises par les avocats de Meng Wanzhou. Les documents montrent que les États-Unis ont poursuivi Meng Wanzhou pour « fraude bancaire » avec des omissions majeures et la dissimulation délibérée de preuves clés. Les États-Unis ont délibérément induit en erreur le gouvernement et les tribunaux canadiens. La procédure d'extradition dans l'affaire Meng Wanzhou a été « empoisonnée » et il n'est pas question d'équité. Le tribunal canadien doit mettre fin à la procédure d'extradition de Meng. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons noté les reportages concernés. Le gouvernement canadien doit expliquer au public le problème des preuves américaines. Bien sûr, nous avons entendu dire que les États-Unis empêchent le gouvernement canadien de faire cela. La preuve révélée par le tribunal canadien montre clairement que le cas de Meng Wanzhou est un grave incident politique créé par les États-Unis pour réprimer des entreprises chinoises de haute technologie, y compris Huawei, en abusant de leur traité d'extradition avec le Canada. À la demande des États-Unis, le Canada a détenu Mme Meng Wanzhou sans raison, ce qui a plongé les relations sino-canadiennes dans une situation difficile. Le Canada, qui tire les marrons du feu pour les États-Unis, a été en réalité utilisé par les États-Unis pour servir les objectifs de quelques politiciens américains et les intérêts des entreprises américaines. C'est un fait clair comme le jour non seulement pour la Chine, mais aussi pour la communauté internationale, et pour un grand nombre de personnalités clairvoyantes aux États-Unis et au Canada.

Je dois souligner que, plus l'affaire Meng Wanzhou traînera, plus elle portera préjudice aux relations sino-canadiennes. Nous espérons que le Canada pourra percer à jour la tentative politique américaine, résoudre de manière judicieuse et dans les meilleurs délais cet incident selon la réalité des faits et en fonction de ses propres intérêts, éliminer les obstacles dans les relations sino-canadiennes et remettre les relations bilatérales sur la bonne voie par des actions concrètes.

AFP : La Chine estime que c'est une réaction légitime d'entrer dans le consulat général des États-Unis à Chengdu pour la seule raison que les États-Unis l'ont fait en premier au consulat général de Chine à Houston. Est-ce vrai ?

Wang Wenbin : Les États-Unis, en violation grave du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales, ont lancé une provocation politique en premier. La Chine a certainement le droit de riposter par des contre-mesures basées sur la réciprocité pour défendre ses droits et intérêts légitimes.

CCTV : De hauts responsables du Département d'État américain, du Ministère américain de la Justice et des services de renseignements américains ont déclaré, le 24 juillet, que le consulat général de Chine à Houston se livrait depuis longtemps au vol de secrets commerciaux, aux activités illégales et même à l'espionnage, et ses actions dépassaient de loin ce qui est acceptable par la partie américaine. Les États-Unis ont fermé le consulat général de Chine à Houston pour sévir contre les activités concernées et dissuader les personnels des autres consulats généraux de Chine de se livrer à des activités similaires. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les allégations américaines sont des rumeurs et des calomnies sans fondement.

Le consulat général de Chine à Houston est le premier consulat général de Chine qui a été ouvert après l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis. Depuis 41 ans, il a œuvré à la connaissance mutuelle, la coopération amicale entre les deux pays dans différents domaines, et au renforcement de l'amitié entre les deux pays. Ce qu'il a fait a été pleinement reconnu par les différents milieux de la société américaine du Sud. Les médias américains sont d'avis que la région de Houston a beaucoup bénéficié du travail du consulat général de Chine à Houston, car la Chine est le deuxième partenaire commercial de la région, et ce consulat général est devenu un trait d'union entre Houston et la Chine pour le tourisme, le commerce et les échanges culturels. Ses responsables locaux se sont également dits étonnés par la fermeture, espérant voir un règlement pacifique des divergences par les deux pays, et la réouverture du consulat général. Les accusations américaines pâlissent face à ces faits. « On trouve toujours un prétexte si on veut incriminer quelqu'un », dit un vieil adage chinois.

J'ai la certitude que vous l'avez tous vu ces derniers temps : un faible nombre de politiciens américains, dans l'objectif de contenir la Chine et d'obtenir des gains égoïstes, fabriquent sans cesse des rumeurs noircissant la Chine, et multiplient les provocations contre la Chine. Leurs mesures comprennent des restrictions injustifiées sur les bureaux de médias chinois aux États-Unis et leurs personnels, l'expulsion de nombreux journalistes chinois sous une forme déguisée, la répression d'entreprises chinoises sous prétexte de sécurité nationale, des calomnies flagrantes contre le PCC et le système politique chinois, des interrogations, des harcèlements, et même des détentions à leur guise d'étudiants et de chercheurs chinois aux États-Unis. Il est évident que ces politiciens anti-chinois tentent délibérément de perturber les relations sino-américaines et de provoquer un retour en arrière dans l'histoire. Les agissements ignobles de la partie américaine font l'objet de critiques d'un nombre croissant de personnes raisonnables et éprises de justice. Le 25 juillet, des experts et des chercheurs de 48 pays ont tenu une conférence et publié une déclaration commune selon laquelle les propos et les actions de plus en plus agressifs de l'administration américaine à l'égard de la Chine menacent la paix mondiale, et toute forme de nouvelle guerre froide ira totalement à l'encontre des intérêts de l'humanité. Ils ont exprimé leur soutien à l'établissement de relations entre la Chine et les États-Unis sur la base du dialogue mutuel et à leurs actions pour la solidarité de l'humanité.

 

Suggest To A Friend
  Print